La route chromatique de la soie

Silk Road

Du plateau de l’Anatolie aux déserts arides de l’Asie Centrale en passant par les monts enneigés du Caucase, les régions traversées par la route de la soie sont autant marquées par leur diversité géographique que par leur diversité culturelle et musicale. Les échanges commerciaux sur la route de la soie n’ont pas seulement permis de parer les riches matrones romaines de soie chinoise, tant convoitée dès le Ier siècle avant JC, mais ont également opéré au mélange des genres musicaux, tissant des relations entre les musiques populaires des steppes, d’origine turcique ou mongole, et les musiques savantes urbaines chinoises, indiennes ou persanes. La route de la soie dévoile ainsi une riche variété de musiques entremêlées et influencées entre elles, formant un véritable continuum musical.

11 Avril 2014 : Avec guère plus de connaissances que celles contenues dans ce petit paragraphe introductif, je pars donc à la découverte de ce chromatisme musical. La route de la soie n’étant en fait qu’un terme désignant tout un réseau de pistes parcourues par les caravanes de marchands, véritable faisceau comportant plusieurs itinéraires distincts, je m’autorise une certaine liberté quant à celui que je vais moi-même suivre.

Mon périple commencera ainsi avec la Turquie, à la découverte de la musique Soufi et de ses derviches, de la musique populaire d’Istanbul et des différentes musiques régionales de ce vaste pays. Il continuera en Géorgie, en Arménie et en Azerbaïdjan, où les polyphonies du Caucase et l’art du Duduk côtoient le folklore musical d’influence islamique et soviétique. Et où je rencontrerai sans doute le garmon, cousin éloigné de l’accordéon! Je poursuivrai ensuite mon chemin en Iran, à la découverte de la musique persane, malheureusement malmenée par la suspicion qu’entretient aujourd’hui l’islam à son égard. Plus loin, cette joyeuse itinérance viendra se perdre dans les contrées d’Asie Centrale, au son du Maqâm d’Ouzbekistan, de la musique persane du Tadjikistan et de l’art vocal des bardes nomades turcophones du Kazakhstan et du Kirghizstan. Enfin, je m’aventurerai en Chine, tentant de dénicher dans le vaste Empire du Milieu l’ancêtre de l’accordéon, le sheng.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *